Le marché de l'intérim repart à la baisse en septembre

La baisse s'établit à – 2% en septembre

Après une légère reprise en juillet, le marché de l'intérim a décroché légèrement en août et repart à la baisse en septembre à - 2% selon Prism'Emploi.

Les professionnels de l'emploi intérimaire se réjouissaient en juillet : Après plus de 2 ans de baisse continue, une embellie subite de 2,4% (par rapport à juillet 2014) donnait enfin l'espoir d'un renversement de tendance. Mais l'espoir n'a été que de courte durée. En effet, Le léger décrochage d’août (- 0,3%) s’amplifie en septembre avec une baisse de l’emploi intérimaire de 2,0% par rapport au mois de septembre 2013" résume Prism'Emploi. Pourquoi ce retour à la baisse ? Selon Prism'Emploi deux explications sont avancées. La première tient à une moindre croissance dans les secteurs porteurs et la seconde à une chute encore plus marquée dans le BTP. Ainsi, « en septembre comme en avril, la plupart des secteurs enregistrent une hausse limitée. »

Dans le détail, par qualification,
l'emploi intérimaire est en hausse chez les ouvriers non qualifiés (+ 6,1%) et les cadres et professions intermédiaires (+ 6,0%). Il progresse également chez les employés (+ 3,7%), mais dégringole chez les ouvriers qualifiés (- 11,1%). Par grand secteur d'activité, les secteurs du commerce (+ 3,3%), de l’industrie (+ 0,9%), des transports (+ 0,7%) et des services (+ 0,7%) progressent. À l’inverse, les effectifs intérimaires sont en chute dans le BTP (- 18,6%). En terme géographique, toutes les régions sont loin d'être à égalité.

L'Alsace enregistre ainsi en septembre 2014 (par rapport à septembre 2013) une forte hausse de l'intérim (+ 11,1%). D’autres progressions sont constatées, comme en Haute-Normandie (+ 6,5%), dans le Nord Pas-de-Calais (+ 3,0%), l'Auvergne (+ 2,4%), la Picardie (+ 2,0%). Toutefois, la plupart des régions subissent un fort repli, comme l’Aquitaine (- 7,7%), la Franche-Comté (- 8,1%), la Basse-Normandie (- 9,1%). Les autres régions connaissent des baisses plus modérées comme en Midi-Pyrénées (- 6,5%), le Centre (- 6,4%), la Bretagne (- 6,0%), le Poitou Charentes (- 5,6%), les Pays-de-la-Loire (- 5,0%), la Bourgogne (- 4,7%), le Languedoc Roussillon (- 4,5%) et la Champagne Ardenne (- 3,6%). Quelques régions sont quasi stables comme l'Ile de France (- 1,6%), Rhône-Alpes (- 0,5%), le Limousin (- 0,3%), et PACA (- 0,8%).

En cumul annuel (janvier-septembre), l’emploi intérimaire enregistre une baisse de 0,5% par rapport à la même période de 2013. Les régions les plus touchées par la morosité sur les 9 premiers mois de l'année sont au Sud (PACA - 5,5%, Midi Pyrénées - 5,3%, Auquitaine - 4,7% et Languedoc Roussillon - 4,4%) et à l'Ouest (Bretagne - 3,8%, Pays-de-la-Loire - 3,2%, Poitou Charentes - 3,6%, Centre - 3,8%). A l'inverse, les régions qui tirent le mieux leur épingle du jeu sont plus généralement situées à l'Est et au Nord (Alsace + 6,4%, Champagne Ardenne + 2,9%, Nord Pas de Calais + 3,1%, Picardie + 3,7%), dans le centre (Auvergne + 6,7%, Limousin + 5,7%). La Haute-Normandie enregistre la progression positive la plus élevée pour la période avec + 7,1%.

Le Baromètre Prism'Emploi est établi par un tiers de confiance indépendant, Umanis, à partir des statistiques transmises par un panel d’entreprises de travail temporaire représentant plus de 80 % de l’emploi intérimaire.

Derniers articles de la rubrique